Comment les bâtiments d'aujourd'hui performeront-ils demain ?

Richard Tibenham, de Greenlite Energy Assessors, affirme qu'un cas de deux bâtiments à haut rendement énergétique et " difficiles à traiter ", construits en 2013, devrait servir d'avertissement à l'ensemble du secteur de la construction.


Au cours de son mandat, David Cameron a promis un feu de joie de la réglementation dans l'industrie de la construction. Son gouvernement a même appliqué une règle du " un entré, deux sortis ", précisant que pour chaque nouveau règlement imposé, deux règlements existants devaient être supprimés. Depuis lors, la réglementation de l'efficacité énergétique dans l'environnement bâti s'est à peu près stabilisée, le libre marché et les autorités de planification prenant la tête en matière d'efficacité énergétique et d'émissions de carbone.


En conséquence, cela a donné naissance à un nouveau phénomène : celui du nouveau bâtiment, souvent équipé de panneaux solaires et de production d'énergie renouvelable sur site, qui, paradoxalement, renonce à l'efficacité énergétique d'une manière qui entrave sérieusement la transition vers une économie à faible ou zéro carbone.


Les conséquences du greenwashing sont en train de se faire connaître


Le terme " difficile à traiter " s'applique généralement aux bâtiments plus anciens dont les murs de maçonnerie sont solides. Celles-ci nécessitent une isolation interne ou externe pour améliorer leur efficacité thermique, un processus perturbateur et coûteux. Mais aujourd'hui, des caractéristiques difficiles à traiter se faufilent dans les bâtiments nouveaux et superficiellement " verts ".


Récemment, j'ai été consulté sur les mesures nécessaires pour atteindre un fonctionnement zéro carbone pour deux bâtiments modernes, construits en 2013 dans le cadre de la partie L2A 2010 du règlement de construction. Ils étaient équipés de panneaux photovoltaïques (PV) ainsi que de systèmes de thermopompes à air d'une efficacité raisonnable. L'éclairage, y compris les projecteurs externes, a contribué pour la plus grande part à la demande d'énergie du site, mais à l'interne, le chauffage des locaux était de loin la demande la plus importante.


L'éclairage était à peu près le seul fruit à portée de main qui pouvait être abordé. Les alternatives LED de faible puissance offraient une solution peu coûteuse, bien que la mauvaise prise en compte de la disponibilité de la lumière du jour ait fait en sorte que certaines zones ont subi des charges d'éclairage tout au long de l'année, indépendamment de l'efficacité de l'éclairage. Le client n'était pas tout à fait prêt à faire de gros trous dans les murs et le toit, alors aller plus loin a nécessité un peu plus de grattage de la tête.


Malgré les pompes à chaleur, la demande d'énergie de chauffage en hiver est restée élevée. Les charpentes légères en acier des bâtiments étaient isolées selon des normes minimales et présentaient des fuites d'air importantes. Les " fixations " boulonnées du PV et des pompes à chaleur ont été utilisées comme substitut de la forme et de l'efficacité du tissu. Il en est résulté deux nouveaux bâtiments qui répondaient à peu près à la réglementation en matière de construction, mais qui se sont révélés difficiles à traiter en ce qui concerne les améliorations à venir.


Mieux vaut prévenir que guérir


Dans le domaine de l'efficacité énergétique, comme dans celui de la santé, la prévention vaut mieux que la guérison : maximiser l'efficacité et prévenir une forte demande d'énergie vaut bien mieux que masquer les inefficacités avec le traitement à court terme de la production d'énergie renouvelable.


Ce qui est inquiétant, c'est que de tels bâtiments sont la norme au Royaume-Uni. Dans le cadre de la réglementation actuelle en matière de construction, les bâtiments commerciaux, en particulier, adoptent trop souvent l'approche du " matériau en dernier " - une inversion de la sagesse conventionnelle du " matériau avant tout ". La baisse du coût des cellules photovoltaïques en a fait une alternative bon marché à la mise en conformité, évitant l'activité plus risquée de la bonne étanchéité à l'air. De plus, un peu de PV sur le toit coche aussi les cases pour les exigences de la politique de planification des autorités locales en matière de production d'énergie renouvelable, ce qui permet aux conseils locaux de faire de fausses déclarations sur la réalisation d'une soi-disant "croissance durable".


Une approche axée sur le matériau d'abord, intégrant les considérations liées à la forme et au matériau, permet de réduire les exigences opérationnelles pendant les périodes de l'année où cela est le plus important, c'est-à-dire pendant l'hiver, lorsque la demande d'énergie du réseau et l'intensité carbonique sont à leur maximum. Le mieux que l'on puisse faire pour ces deux bâtiments est de parvenir à une neutralité carbone " théorique " par le biais d'une grande installation photovoltaïque, fournissant l'excès d'énergie nécessaire à la production d'énergie pendant l'été, tout en continuant à subir une forte demande énergétique pendant l'hiver. Il n'y a qu'un nombre limité de demandes estivales qui peuvent s'adapter à cette dynamique, ce qui en fait une approche inadaptée aux objectifs plus larges des villes et des régions sans carbone, à moins que de vastes capacités de stockage d'énergie coûteuses soient incluses.


Conclusion


Si l'orientation, la forme et le matériau de ces bâtiments avaient fait l'objet d'une réflexion préalable, les charges de chauffage et d'éclairage auraient pu être réduites au minimum, les charges de refroidissement supprimées et les pentes et orientations des toits optimisées pour la production d'énergie solaire. Dans l'éventualité où l'exploitation sans carbone demeurerait un rêve chimérique pour ces bâtiments et d'autres comme eux.


Le Royaume-Uni est assis sur une bombe à retardement croissante en matière d'infrastructure, sous la forme d'un environnement bâti inutilement inefficace. L'industrie réclame à grands cris un meilleur leadership, car l'aversion consécutive des gouvernements pour une meilleure réglementation entraîne des défauts évitables dans le parc immobilier du Royaume-Uni. Un rapport du Comité de stratégie économique, énergétique et industrielle (BEIS) indique que l'efficacité énergétique est le moyen le moins cher de réduire les émissions de carbone, ce qui donne à penser que l'on fait appel à ce gaspillage de temps. Si nous voulons éviter de couvrir le pays de tapis avec des parcs solaires et éoliens, il faut commencer par le matériau pour que les bâtiments d'aujourd'hui soient à l'épreuve de l'avenir et répondent aux besoins de demain.


architectes

bâtiments responsables

logo_rca.jpg

architectes

bâtiments responsables

© 2019 Cabinet Ryckwaert Chevignard Architectes, SELARL - Tous droits réservés - Mentions légales

logo_ordinal_oda.2-_2_couleurs_pour_usag
logo_archi_colors.png
formé Envirobat Toulouse
  • Vimeo - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • Instagram
  • White YouTube Icon